Accueil » ARTICLES » PWFM : Interview spéciale du co-fondateur Koddi

PWFM : Interview spéciale du co-fondateur Koddi

Koddi PWFM

PWFM, est enfin de retour en ce début d’année 2020 pour un nouvel événement. Le collectif revient le mercredi 18 mars, au mythique Rex Club avec une nouvelle édition de Winterclub. Au programme, 4 artistes talentueux qui nous feront danser jusqu’au petit matin. On aura l’occasion de retrouver le résident de Sous Tes Reins De Vedelly, suivi par MURD, UMWELT et Koddi. Nous avons eu la chance d’échanger avec ce dernier pour l’occasion.

Quels ont été tes débuts dans la musique ?
J’ai commencé la musique en jouant de la basse avec des amis quand j’étais au lycée durant les années 2000. A cette époque j’étais fan de skateboard et de Métal. Rage Against The Machine était l’un de mes groupes préférés, j’aimais beaucoup le côté anarchiste et surtout l’énergie qu’il avait durant ces lives.
On faisait pas mal de répétitions entre potes, avec des sessions d’improvisation et des reprises des morceaux qu’on appréciait.
Une fois le lycée terminé, je me suis un peu éloigné des répétitions qui devenaient plus compliquées à organiser avec les différents plannings de chacun. C’est ce qui m’a poussé à commencer à m’intéresser un peu à ce qu’on pouvait faire comme musique sans dépendre des autres. C’est la où j’ai commencé à découvrir des logiciels comme Fruity Loops, Virtual Dj et autres.
J’ai ensuite rencontré Abdeslam Alaoui Aka Daox qui très jeune avait déjà commencé sa carrière de Deejay et avait déjà mixé dans quelques festivals alors qu’il n’avait pas plus de 16 ans. C’est grâce à lui que j’ai commencé à m’intéresser aux musiques électroniques et à toucher aux platines.

Dans quel évènement aimerais-tu te produire ?
L’été dernier j’ai découvert le Brave Factory à Kiev. Si vous cherchez à faire un festival l’année prochaine et que vous ne savez pas encore où aller, checkez ce qu’ils font, c’est vraiment pas mal ! Ca vaut le détour ! J’ai d’ailleurs croisé Anechoic là-bas. Voilà vous l’avez compris c’est là-bas ou je veux jouer prochainement!

Artiste mais également co-fondateur de PWFM comment gères-tu les deux ?
Parfois, ce n’est pas facile, d’autant plus que j’ai un boulot qui demande beaucoup d’énergie, des déplacements, des voyages etc.. Mais je pense que j’aime bien faire plusieurs choses à la fois, je crois que je me ferais chier sinon. Je dois avouer que parfois c’est compliqué, dernièrement j’ai même dû prendre deux semaines de break pour me reposer.

Avec quel artiste aimerais-tu faire un b2b ?
Daox !

Quel est ton rôle dans PWFM ?
Généralement nous prenons les décisions ensemble avec Mamar Delpech, mais je m’occupe surtout de la partie digitale et technique du projet. Nous avons par exemple lancé backstage.pwfm.fr qui permet de gérer toute la partie Agenda d’une manière autonome. Les promoteurs peuvent proposer des events, un nombre de place à faire gagner, 48h avant l’event des gagnants sont sélectionnés aléatoirement et sont prévenus par mail. Nous avons aussi lancé le mois dernier une nouvelle version de sync.pwfm.fr qui est une plateforme de synchronisation musicale des jeunes talents. François nous a rejoint dans l’équipe pour s’occuper de cette partie.

Une exclusivité à nous dévoiler en avant-première ?
Je bosse actuellement sur mon premier EP, après plusieurs années derrières les platines, j’ai enfin décidé de passer moins de temps devant le public et plus de temps dans le studio.

Que nous réserves-tu pour la 1ère soirée de PWFM ?
Mon EP en avant-première, avec beaucoup d’énergie car ça va être mon premier set de l’année et mon premier set au REX. Je vous préviens ça va être très sport !

Découvre l’événement PWFM Winterclub : De Vedelly, Koddi, Murd, Umwelt et la billetterie.

OXYNIGHT te fait gagner 4 invitations pour cette date unique ! Si tu nous ne connais pas encore, cela fait près d’un an et demi, qu’OXY te fait découvrir des dizaines d’événements de musique électronique par mois. Grâce à notre super agenda, on te liste les meilleurs soirées sur Paris et Lyon à ne pas manquer ! 

Crédit première photo : Arthur Lacour / Crédit photo article : Thomas Restout

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *